> ENDLESS COLLAPSE IV _________________________________

« Endless Collapse IV » est le quatrième chapitre d’un cycle d’expositions initié par Raphaël Denis en 2017, successivement présenté à Nice, Berlin et Lille. L’artiste crée des dialogues inédits entre des éléments de sa propre production, issus de séries et d’époques différentes. La démarche participe d’un regard rétrospectif sur un corpus inscrit dans le temps et réactive des pièces anciennes dans un contexte renouvelé. L’exposition est également prospective en esquissant les prochaines directions qui seront les siennes.
.
Pour ce quatrième volet, sont présentées dans le nouvel espace de la galerie à Komunuma des œuvres des séries Corps 1, Éléments pour un ensemble, La Loi normale des erreurs, Regelbau, Europa et Fahrenheit ainsi que plusieurs nouvelles pièces.
.
Œuvre iconique, La Recherche du Temps perdu – Corps 1 fut révélée en 2011 lors de l’exposition « Surface Volume Virtuel » premier projet monographique de Raphaël Denis à la galerie. À partir d’un principe de compression typographique, se posait pour la première fois dans son travail la question de l’inaccessibilité au savoir. On retrouve en 2019 cette réflexion dans les bibliothèques incendiées de la série Fahrenheit, présentées à la galerie en octobre dernier dans « Versuche aus der Literature und Moral II ».
.
Après le monument proustien, dans sa série
Éléments pour un ensemble (2013), Raphaël Denis s’appropriait et déclinait la pierre de Mélancolie, mystérieux polyèdre de la gravure éponyme de Dürer. Son intérêt pour l’Histoire et l’Histoire de l’art, pour la confrontation avec l’objet culturel, s’affirmaient à travers la série La Loi normale des erreurs (engagée en 2014) consacrée aux spoliations des biens juifs pendant la Guerre. Ce travail de recherche lui valut de participer à l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky du Centre Georges Pompidou et d’exposer au Musée national Picasso, au Musée national d’art moderne ou au Musée Berggruen à Berlin.
.
Parallèlement aux multiples développements de La
Loi normale des erreurs, Raphaël Denis commençait en 2015 une série inspirée des bunkers du Mur de l’Atlantique. Ce travail de sculpture en béton, Regelbau, pose la question du territoire qui se prolonge dans la série Europa (2017). Des drapeaux en plomb figés dans leur immobilité illustrent les angoisses identitaires des peuples et nations face à la Guerre.
.
De cet ensemble se dégage une réflexion mémorielle sur l’Histoire, l’Histoire de l’art et les mécanismes de destruction voire d’annihilation de l’objet culturel en tant qu’expression d’une identité humaine. Plastiquement, cette pensée naît de l’exploration des matériaux propres à la construction des sociétés – le plomb, le bois ou le béton – et de l’usage de différents liants noirs. En créant de nouveaux rapprochements entre ses pièces, Raphaël Denis apporte une réponse humaniste au flux continu de destruction et de violence auquel se réfère le titre « Endless Collapse ».
.
.
.
.
.
.
.